Les nouvelles photos anciennes ...

 

     Vers 1950 ?...

 

     La cour de l'école, avec au fond, le bâtiment qui sera bientôt les toilettes des enfants !

   Mademoiselle Lecavet 1925 qui venait d'arriver

         à l'école de La Cambe (en savoir plus? Cliquez:    )

Ci-dessous avec le Père Fontaine (1919 ?)

     Les garçons  en 1935.

 

     Les filles en 1946.

 

     Toujours en 1946.

 

     En 1953 54.

 

     Aux alentours de 1954.

 

     Vers 1956, les filles.

 

     1961 1962.

 

     Tous ces garçons en 1962 63!

 

     1965   (En savoir plus sur l'historique de la mixité? )

 

     Notre école en 1966.

 

     Vers 1970.

 

     Les années 70 toujours.

 

     La mairie et l'école des garçons, il y a longtemps...

     Et la semaine des 4 jeudis?  (cliquez )

   Pour donner un avis cliquez sur ce crayon:

                                                         

   Pour préciser une année, ou proposer une nouvelle photo en noir et blanc, cliquez sur le bouton:    

                                                       Sans lien

    Je vous en remercie.       Le Directeur.

 Si vous possédez une photo, comment procéder pour que je puisse la placer sur le site?   C'est facile et  rapide! 1 clic: 

 

 

 

 

    Madame Larose, La Cambe, la pension! 

                                                           Par Mme F. Rébéna.

 

Cette institutrice prenait  des filles en pension pour la semaine, comme ma mère Elisabeth Le Grand née Darondel.

Une employée l’aidait : ménage, cuisine.

 

Ainsi le travail scolaire des élèves était bien surveillé, ce qui convenait aux familles !

 

Le jeudi, comme Madame Larose avait besoin de temps pour préparer sa classe, elle demandait à une personne de La Cambe, Mme Legrand (ma grand-mère paternelle donc) d’emmener les filles en promenade.

 

L aïcs et catholiques.     

 

 

Quand elle quitta La Cambe pour Isigny, mes parents maternels Darondel avaient une telle estime pour elle  qu’ils envoyèrent leur fille Elisabeth avec elle à Isigny. Mais là, les choses allèrent moins bien, pas avec

 

Mme larose, ni du point de vue de ma mère, qui était toujours satisfaite, mais pour la raison suivante : la France était encore en pleine querelle scolaire, les laïcs contre l’église, les catholiques !

 

A une réunion de famille, avec les oncles, tantes, cousins, ma mère adolescente répéta ce qu’elle avait

 

entendu à Isigny :

 

« Jeanne d’Arc n’a jamais existé ! D’ailleurs, il n’y a pas de Dieu qui fait entendre sa voix ! »

 

Scandale autour de la table et à la rentrée suivante, ma mère était envoyée à l’école libre catholique d’Isigny.

 

 

 

 

 

 

 

Pendant la guerre.  

 

Pendant la guerre 1940 – 1945, une bombe tomba sur l’église et sur le cimetière !

 

A côté, la cour d’école des garçons fût endommagée !

 

Pendant les travaux, certaines classes furent envoyées dans la maison actuelle (résidence secondaire) de la

 

famille Goulet, dans le bourg de La Cambe.

 

 

 

 

 

 

 

Quand l'école n'était pas mixte.     

 

 

… l’école maternelle était l’école des garçons !

 

… l’école élémentaire n’accueillait que les filles !    voir photos…

 

 

 

 

 

 

 

Retour.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La mixité et la scolarisation des filles.  


La mixité dans les écoles publiques semble aller de soi.

 

Pourtant elle a fait l'objet de strictes interdictions pendant 300 ans. De l'époque de la réforme à la IIIème République, il s'agissait de garder toute la pureté de ces femmes vouées à devenir des mères.

Des changements ont lieu au 19ème siècle.

- Scolarisation de "masse" en 1850: obligation d'ouvrir des écoles de filles (Loi Falloux).


- A la fin du siècle, les filles des classes privilégiées accèdent à l'enseignement secondaire mais avec des spécificités: pas de latin, de grec ni de sciences mais des cours ménagers et de couture.

Début du 20ème siècle.

Les partisan-e-s de la "coéducation" se font entendre.

En septembre 1900, le congrès féministe international adopte deux voeux sur la "coéducation des sexes". L'enseignement comprendrait deux volets: le premier ayant la même structure et les mêmes programmes pour les filles et les garçons, et le second comprenant un enseignement complémentaire qui préparerait les jeunes filles "scientifiquement" à "leurs rôles d'épouse et de mère".

Au congrès réunissant les Amicales d'instituteurs et d'institutrices et les mouvements progressistes (éducation populaire et association périscolaire), la mixité éducative est prônée.


Ainsi, ils obtiennent, en
1924, l'unification des programmes qui s'effectue par l'assimilation des enseignements des écoles féminines à ceux de celles des garçons.


Il faudra attendre le décret du
3 août 1963 pour que soit normalisée la mixité dans les collèges d'enseignement secondaire.


Le
15/06/1965, la mixité est étendue à toutes les écoles élémentaires nouvellement créées.

 

Le décret du 10/10/1966 permet l'accession des filles aux enseignements techniques et scientifiques.

C'est le 11/07/1975 qu'est votée la loi "Haby" instituant la mixité obligatoire de l'enseignement. 

Mais...

La mixité s'est souvent installée de fait après la guerre, car il n'y avait plus assez de bâtiments pour pouvoir mettre les filles d'un côté et les garçons de l'autre!

La mixité est alors devenue une habitude, jusqu'à l'obligation de 1975...

 

Retour.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La semaine des quatre jeudis.  

Le jeudi, c'est fini en 1972! 

Vive le mercredi,vive la semaine plus équilibrée!

Et au revoir la semaine des quatre jeudis!

Retour.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     

 

Pour aider à enrichir ce site:    

Si vous possédez des photos anciennes, vous pouvez me les apporter à l’école, ou les confier à un de nos élèves; elles seront aussitôt copiées. 

Les originaux vous seront donc rendus le jour-même!

Ces clichés rappelleront certainement de bons moments aux "anciens" de La Cambe, permettront de raviver certains souvenirs d’enfance.

Une mémoire de l’école sera ainsi développée grâce à vous, ou grâce à vos proches que vous pouvez informer de l'existence de ce site.

N’hésitez pas à  en parler autour de vous, à chercher la photo la plus ancienne ou la plus originale possible, à partager ces "trésors"!!

 

Je vous remercie à l’avance pour votre collaboration.   

  Le Directeur, M. Gondolf    02 31 22 72 82

Retour haut de page.

Retour à la page d'accueil.

Afficher la suite de cette page



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement