Plus de sécurité pour les enfants, tout simplement.

 

.     


 Le pacte cycliste:

1) Ce document est imprimable et doit être signé par l'enfant et un parent.

   Mon pacte cycliste (à imprimer)

2) Le second document rappelle le pourquoi du pacte, la décision du conseil d'école de modifier le règlement scolaire, l'article modifié, les accessoires qui doivent être montés sur la bicyclette, quelques mesures de prudence et de bon sens, les risques d'accidents, l'obligation de porter le casque dans le périmètre scolaire, les risques en cas de non-respect du pacte.

   Pourquoi le pacte cycliste?

Amusant:
 

    En allant à l'école...

Mémoire:

Plus de 40 photos des cm1 cm2 à la prévention routière, le 29 janvier 2008 à Isigny/mer



Bonne route!



 Nous étions le 29 mai après-midi à l'école d'Isigny/mer pour renforcer nos connaissances en matière de code de la route et de maîtrise de la bicyclette !!!

Tous les cm2 ont obtenu leur certificat de connaissances (le permis rose!)

Tous les cm1 des classes de M. Gondolf et M. Perron se sont montrés très sérieux et concernés par cette formation, en partenariat avec la Prévention Routière et la Gendarmerie Nationale.

Merci à Mesdames Beaumel et Jacqueline pour nous avoir accompagnés!


Le fameux petit papier rose ... 

Compliments à tous!!



Haut de page

    En allant à l'école !... Réflexion amusante sur l'évolution d'un simple panneau ... et de la société!...


Ce panneau doit avoir une cinquantaine d'années. Il a presque disparu de nos routes, pour être remplacé par une version plus schématique.
C'est Maman qui conduit sa fille à l'école. On les voit de profil, elles ont les cheveux courts, on peut détailler leurs vêtements. La mère porte une jupe et un manteau, des bottes, et un grand sac à main à la Bernadette. Sa fille, en jupette et souliers à talons plats, tient un livre dans la main gauche.
L'enfant est devant, prête à traverser, mais sa mère la retient par le bras. « Attention, ma fille, tu n'as pas vu la voiture ? » Elles ont les pieds bien plantés sur le sol matérialisé par un trait.

Dans la nouvelle version du panneau, il ne faut plus compter sur les piétons pour laisser passer les véhicules. Le conducteur fera bien de se méfier, car ils s'élancent quasiment sous ses roues tant ils sont pressés. La petite écolière est toujours là, symbole de fragilité à protéger, mais sa mère a disparu. A sa place, le papa ou peut-être le grand frère, si l'on en juge par la taille : sur le panneau signalant le passage protégé, le piéton semble nettement plus grand.
Ils courent, les deux enfants, ils sont en retard, et la petite doit faire d'énormes enjambées pour suivre son grand frère qui lui tient la main.

 


Deux époques, deux visions du monde. Dans les années cinquante, on propose une image de bonne élève. Le monde paraît stable, l'école un lieu où étancher la soif d'apprendre. Dans la version contemporaine, on a surtout cherché à optimiser l'effet produit sur l'automobiliste, pour le pousser à ralentir. L'insouciance des enfants est mise en avant, la référence à l'école a disparu. Le panneau a vu son emploi élargi à d'autres établissements, comme les centres de loisirs.
 
(Extrait du blog. D’Ariane)

Et que penser de ce panneau provenant d'un pays du monde arabe (source; institut du monde arabe/IMA, Paris) ?La femme (ou la grande soeur) aux cheveux (très) libérés guidant fermement et prestement le garçon vers l'école ...

P. Gondolf


Haut de page






Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement